Un mouvement de jeunes appelle à s’opposer à ce qu’il qualifie de « putsch sécuritaire »


saharamedias/Nouakchott
Mercredi 24 Décembre 2014


Le mouvement du 25 Février, rangé dans les cercles de l’opposition mauritanienne, a demandé au peuple mauritanien d’exprimer son refus de ce qu’il a qualifié de « putsch sécuritaire » au sein de la capitale Nouakchott.


Un mouvement de jeunes appelle à s’opposer à ce qu’il qualifie de « putsch sécuritaire »
Le mouvement a indiqué ce mercredi, lors d’un sit-in de protestation organisé devant le palais de justice à Nouakchott, que « chaque jour qui passe montre aux mauritaniens et à la communauté internationale la part du faux dans les allégations du pouvoir déclarant qu’il a sécurisé les frontières ».
Les manifestants se sont demandés sur l’opportunité de la décision improvisée de diviser Nouakchott en trois wilayas, « pour que nous soyons le seul pays au monde à prendre cette étrange décision », selon ce mouvement.
Et les jeunes de souligner que malgré que les articles 309 et 310 du code pénal condamne l’auteur d’un viol aux travaux forcés et à 80 coups de fouet, « tout cela reste théorique », parce qu’il est quasi impossible d’apporter la preuve devant les autorités par manque de technologies avancées, ou de présenter quatre témoins comme le réclame la charia.
 














GABONEWS APAnews