Urgent : Ançar Edine libère 560 soldats maliens emprisonnés au cours du conflit de l’Azawad


saharamedia
Samedi 23 Juin 2012



Le mouvement Ançar Edine vient de procéder à la libération de quelque 550 soldats maliens emprisonnés au cours du conflit de l’Azawad dont il maîtrise actuellement la plus grande partie.

Dans un enregistrement vidéo obtenu par Sahara média, l’émir de ce groupe islamiste, Iyad Ag Ghali apparait en train de superviser cette opération de libération de soldats maliens.

 

Dans le même enregistrement apparait également Cheikh Ag Oussa, considéré comme le bras droit d’Iyad Ag Ghali, déclarant qu’au cours du conflit son mouvement a réussi à faire prisonniers 550 soldats maliens dans trois villes principales du nord que sont Aglohok, Tissilit et Kidal. Il a ajouté, en touareg, « nous avons libéré tous ces hommes après qu’ils aient promis de ne pas lutter, à l’avenir, contre la charia d’Allah ».

 

Sur le même enregistrement, dont la date n’est pas connue, apparait aussi un soldat malien avec, entre les mains, la liste des prisonniers avec un commentaire d’Ag Ghali en arabe puis en touareg. Deux autres soldats ont présenté leur témoignage sur la période d’emprisonnement, affirmant qu’ils appartiennent à l’armée malienne et qu’ils sont d’Aglahok . l’un d’eux a reconnu qu’ils ont été bien traité durant leur période d’incarcération par les combattants d’Ançar Edine alors que le second considère qu’ils « étaient au sein de leur famille et frères et n’avaient que la nostalgie de la vraie famille ».

Les soldats maliens apparaissent également dans une prière dirigée par un imam d’Ançar Edine qui a réussi à assurer sa prise sur la ville de Tombouctou.

Un élément du mouvement a présenté des informations détaillées sur les prisonniers, notamment sur les villes où ils ont été emprisonnés, les unités auxquelles ils appartiennent, notamment celles des colonels de l’armée malienne Ould Meydou et Alhadji Gamou, un arabe et un touareg qui ont choisi de rester fidèle au pouvoir central malien.

Enfin, un combattant d’Ançar Edine demande dans cet enregistrement aux prisonniers maliens s’ils sont contents d’être là et ils répondent en cœur « oui » et « vive l’islam ».















GABONEWS APAnews