Vivement sollicitées par leurs partisans : Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré candidates ?


saharamedia
Mardi 3 Août 2010



Vivement sollicitées par leurs partisans : Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré candidates ?

En ouvrant le bal, en janvier 2006, l'actuelle présidente de la République du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, a franchi un palier que nulle autre femme n'avait atteint avant elle : se frotter au suffrage universel et gagner l'élection présidentielle en laissant sur le carreau des candidats qui, pourtant, ne donnaient pas cher de sa peau.

 

Et pour cause : à l'époque, elle venait de souffler ses 68 bougies mais, surtout, elle était femme. Mais voilà qu'elle est devenue la première présidente d'une République sur un continent où le sommet de l'Etat fut longtemps le domaine réservé de la gent masculine. Ce temps semble désormais révolu. C'est pourquoi, le combat risque d'être rude, en 2012, entre les deux premières Dames qui se sont succédées, sous la Troisième République au Palais de Koulouba si, toutefois, ces deux éminentes personnalités décidaient de croiser le fer.

L'une est l'actuelle première Dame, sage-femme de profession, présidente de la Fondation pour l'Enfance et marraine du PDES, le parti présidentiel, et l'autre est l'ancienne première Dame, enseignante de profession, présidente de la Fondation Partage et présidente d'honneur du Mouvement des Femmes de l'Adema-PASJ.

Comme on le constate, Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré, ont chacune un pied dans l'humanitaire et l'autre dans des fonctions politiques honorifiques. Et pourtant, en dépit de leur faible engagement  politique, ils sont, aujourd'hui, très nombreux nos compatriotes qui souhaitent voir les deux premières Dames se lancer, en 2012, dans la conquête de Koulouba; cette "Maison du Mali" qui, à l'occasion du Cinquantenaire de notre pays, doit cesser d'être la chasse gardée des seuls hommes. Surtout que ce ne sont pas les candidates de valeur qui manquent. D'où le souhait exprimé par de nombreux partisans afin que les deux premières Dames acceptent de s'aligner dans la course pour Koulouba, en 2012.

Sans être de vrais acteurs politiques, ces deux personnalités ne sont pas moins des observateurs avisés du monde politiques et de ses arcanes. Elles ont toutes deux, longtemps, évolué dans l'ombre de leurs maris qui sont de fins politiques et de vrais pédagogues en matière de démocratie. C'est dire que les deux premières Dames ont été à bonne école d'où on sort généralement sans diplôme mais avec une somme d'expériences politiques à même de rendre jaloux des professeurs émérites de science politique.

Des outsiders qui vont fortement secouer le microcosme

Pour le moment, Madame Touré Lobbo et Adam Ba Konaré se sont limitées, jusque-là, à occuper des fonctions purement honorifiques. Même si elles ne sont pas au cœur du dispositif de prise de décision de leurs partis respectifs, elles n'en sont pas, pour autant, loin. On peut même dire, au risque de se tromper, que ce sont elles, en réalité, qui dirigent, dans l'ombre, la tour de contrôle de leurs formations politiques respectives, à savoir le PDES et l'Adema-PASJ.

C'est dire que, si demain Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré se décidaient à faire une incursion dans le microcosme des candidatures à la présidentielle de 2012, il ne faudrait pas surtout prendre cette initiative comme une villégiature. Loin s'en faut.

Les deux personnalités ont une telle cote de popularité qu'elles peuvent, sans effort apparent, drainer dans leur sillage un électorat capable de faire élire l'une ou l'autre prétendante à la présidence de la République, en 2012. Et de briser, ainsi, le rêve longtemps caressé par les gros calibres et qui se sont déjà alignés dans le starting-block. Alors que les outsiders  n'ont pas dit leur dernier mot.

Occupées qu'elles sont, à côté de leurs fondations respectives, à  préparer le Ramadan afin que la nourriture soit disponible dans toutes les mosquées, pendant le mois sacré, pour la rupture du jeûne.

En effet, sur le plan de l'engagement dans l'humanitaire, Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Elles sont si sensibles au sort des personnes démunies et si généreuses à leur égard, qu'on se demande si leur cœur n'est pas façonné dans le même moule de générosité.

D'autre part, lors de leurs déplacements à l'intérieur du pays, à Koulikoro par exemple, elles préfèrent l'escabeau de la ménagère au fauteuil bourré de Madame le préfet. Comme on le voit,  Madame Touré Lobbo Traoré et Adam Ba Konaré sont l'incarnation même du respect et de l'humilité dans un monde où les premières Dames se prennent, très souvent, pour des reines. Tirant constamment les ficelles du jeu politique. Alors que les nôtres, constamment, au four et au moulin, apportent, elles-mêmes, aux personnes démunies et aux personnes âgées riz, sucre, lait, huile, couverture, etc. Et cela de tout temps. Si notre pays disposait d'un institut de sondage digne de ce nom, il aurait été facile de jauger le degré de popularité de l'une et de l'autre. Dans la mesure où, à l'évocation de leurs noms, le baromètre allait tout simplement exploser. Faute de graduation suffisante.

Dans ces conditions, comment savoir qui arriverait première si, toutefois, elles acceptaient toutes les deux, comme le réclament leurs partisans, de s'aligner dans la course à la présidence de la République en 2012? L'une et l'autre étant suffisamment qualifiées pour exercer cette haute fonction, leur arrivée probable sur le ring, en 2012, ne devra, donc, étonner personne. Alors, ce serait mieux que, dès maintenant, nous nous habituons à dire : "Madame la présidente de la République, chef de l'Etat". Car 2012, c'est déjà demain et mieux vaudra ne pas se tromper. Surtout en face de la future locataire de Koulouba, mère de la Nation : Madame Touré Lobbo Traoré ou Adam Ba Konaré. En tout cas, ce sera, peut-être, l'une ou l'autre.

Mamadou FOFANA

Chroniqueur politique

mamadoufofana07@yahoo.fr

 

 















GABONEWS APAnews