Actualité

Concession de l’aéroport international de Nouakchott : le gouvernement mauritanien s’explique

Le gouvernement, lors de sa réunion jeudi a approuvé un projet de décret portant approbation de contrat de concession de l’aéroport international de Nouakchott Oumtounsi.

Une décision évoquée par des membres du gouvernement lors de la conférence de presse qui se tient après la réunion du conseil des ministres.

Le ministre des finances a dit que la Mauritanie détient 5% des parts de la société qui a bénéficié de cet accord et qu’elle obtiendra aussi 5% de ses bénéfices.

Cet accord, a encore dit le ministre des finances, est un investissement étranger direct qui concède à la Mauritanie la totalité des infrastructures qui seront édifiées dans l’avenir.

Le ministre n’a pas donné de précisions sur le volume de l’investissement que devra faire la société bénéficiaire de l’accord ni son capital se limitant à dire que cette société disposera d’un système fiscale particulier qui sera soumis prochainement au conseil des ministres et au parlement pour son adoption.

En vertu de l’accord a dit le ministre la société versera au pays 5% de son chiffre d’affaires qu’elle ait obtenu des bénéfices ou qu’elle ait enregistré des pertes ajoutant qu’elle n’était pas exempté ni de la taxe sur la valeur ajouté ni des impôts sur le personnel.

Le ministre des finances a encore dit que la société développera les services de l’aéroport, construira prochainement deux hôtels de 5 et 4 étoiles, un complexe pour l’entretien et la réparation des avions en plus de l’ouverture de grands commerces internationaux et l’extension des salles VIP.

Mokhtar O. Djay a dit que cet accord aura des répercussions positives sur l’économie du pays grâce à la création de nouvelles opportunités d’emplois, l’amélioration des conditions de vie des populations et des recettes importantes pour le trésor public.

Il n’a pas précisé cependant le nombre d’opportunités d’emplois qu’offrira la société.

Evoquant l’accord, le ministre de l’économie et des finances a dit que de tels investissements exigent des moyens financiers importants ce qui justifie l’option prise, la société mauritanienne des aéroports n’ayant pas pu réaliser cela.

Selon le ministre celle-ci a connu de sérieuses difficultés ces dernières années depuis la construction du nouvel aéroport à cause des coûts élevés de l’exploitation de la nouvelle infrastructure malgré l’augmentation du trafic aéroportuaire.

Les pertes enregistrées en 2016, selon le ministre ont été de 330 millions d’ouguiya environ, 440 millions en 2017 et pourraient atteindre en 2018 plus de 700 millions.

Le ministre a conclu que la société des aéroports de Mauritanie ne pouvait pas fournir les services demandés et qu’elle était incapable de développer un programme de qualité à court terme.

Le conseil des ministres mauritanien avait approuvé, lors de sa réunion de mardi un projet de décret  portant approbation du contrat de concession de l’Aéroport International de Nouakchott Oumtounsy à AFROPORT, une concession qui a été à l’origine d’une grande controverse.

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page