Actualité

La perturbation des marchés et le coronavirus vont retarder l’exploitation du gaz mauritanien

L’agence de presse Reuters a révélé ce mercredi que la société British Petrolium (BP) a ajourné la réception de la plateforme destinée au champ gazier « Ahmeyime» commun à la Mauritanie et au Sénégal pour des « raisons de force majeure » que l’agence a lié aux perturbations des marchés et la propagation du coronavirus.

Selon la dépêche de l’agence Reuters, la société BRIEF-GIMI MS CORP conceptrice de la plateforme flottante pour le traitement du gaz liquéfié a reçu de la société BP une lettre écrite dans laquelle elle s’excuse quant aux engagements antérieurs pour la location et l’exploitation de la plateforme signés le 26 février 2019.

Selon les mêmes sources, la société britannique, dans l’avis adressé à son partenaire, précise qu’elle n’est pas à même de réceptionner la plateforme dans les délais initiaux, c’est-à-dire en 2022.  

La société British Petrolium estime à un an le report de la réception de la plateforme, justifiant celui-ci par « une force majeur », une durée incompressible eu égard aux conditions actuelles.

La société propriétaire de la plateforme, selon les mêmes sources, a demandé à la société britannique des éclaircissements à propos de « cette force majeure », ajoutant par la même que des discussions sont engagées entre les deux parties pour éclaircir davantage la situation et éventuellement écourter le délai du report.

Ce n’est pas la première fois que British Petrolium annule ou reporte un accord lié à l’exploitation du gaz mauritanien ces dernières semaines.

Elle avait auparavant mis fin à un contrat avec la société norvégienne EMGS après que celle-ci ait mis en route son bateau ATLANTIC GUARDIAN depuis le Mexique à destination des Iles espagnoles, avant de se rendre dans les eaux territoriales de la Mauritanie et du Sénégal pour réaliser des travaux pour le compte de la société britannique.

British Petrolium a informé la société norvégienne fin mars dernier que le projet prenait du retard à cause de la propagation du coronavirus et des perturbations sur les marchés de l’énergie dans le monde, obligeant le navire à se diriger vers la Norvège.

La société norvégienne a annoncé mardi que British Petrolium lui a notifié officiellement la suspension du projet et l’octroi d’une indemnisation de deux millions de dollars pour le préjudice subi.

La société britannique a subi d’importantes pertes ces derniers mois à cause de la guerre des prix du pétrole entre la Russie et l’Arabie Saoudite.

Elle a annoncé la semaine dernière la réduction d’un quart de ses dépenses pour l’année en cours, révélant des préjudices financiers estimés à un milliard de dollars à cause de la chute drastique des cours du pétrole.  

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page