Actualité

Le ministre de l’habitat : « j’ai hérité une dangereuse anarchie »

Le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, Sid’Ahmed O. Mohamed a déclaré jeudi qu’il avait trouvé devant lui, à son arrivé au ministère, une anarchie indescriptible.

Il a ajouté que son département a d’abord commencé par résoudre les problèmes liés aux terrains, un domaine dans lequel d’importants pas ont été franchis.

Dans son intervention, devant le parlement, le ministre a dit que l’octroi des terrains de manière anarchique avait aggravé la situation et favorisé son développement.

Pour surmonter ce problème a précisé le ministre et résoudre ce dangereux héritage, le ministère a préparé un plan directeur pour la gestion de l’extension de la ville de Nouakchott à l’horizon 2040.

Il a ajouté que si des observations sont à faire elles relèveraient de l’inexpérience des techniciens du ministère, dont le plus ancien, notamment à la direction des infrastructures responsable de la supervision des projets relevant du ministère, a été recruté en 2000.

Ould Mohamed a révélé que le gouvernement a construit 632 classes en deux ans seulement pour la première fois dans l’histoire de la Mauritanie, malgré la pandémie du coronavirus, une période au cours de laquelle a été également réalisé le siège du parlement avec le respect des cahiers de charge et dans les délais fixés.

Le ministre a cité par ailleurs la construction de deux immeubles comptant chacun 500 bureaux pour abriter les administrations publiques dans des locaux appartenant à l’état, alors qu’elles se trouvaient dans des bâtiments loués.

Sid’Ahmed O. Mohamed a encore dit que son département construit actuellement le plus grand hôpital à l’intérieur du pays avec une capacité de 155 lits qui doit s’achever dans les prochains mois.

Il supervise actuellement la construction de 12 sièges pour les conseils régionaux, dont 5 sont entièrement achevés, les 7 autres s’achèveront au mois de novembre, précisant que deux contrats avaient été annulés pour un manque de sérieux de la part des entrepreneurs concernés.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page