ActualitéSahel

Mali : le représentant spécial de la CEDEAO expulsé du pays

Le gouvernement malien de transition a déclaré lundi persona non Grata le représentant spécial de la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

C’est la première fois que le Mali expulse le représentant de cette organisation qui compte 15 pays dont le Mali et qui dirige les efforts internationaux destinés à accompagner la période de transition dans le pays après le coup d’état d’aout dernier.

Selon un communiqué du ministère malien des affaires étrangères, le ministre en charge de ce département, Abdalla Diop a convoqué le représentant de la CEDEAO et lui a notifié la décision de son expulsion du pays en lui donnant un délai de 72 heures pour s’exécuter.

Le ministère qui a justifié cette décision par les comportements du représentant de la CEDEAO, « contraires à la mission qui lui est dévolue » a cependant réaffirmé la disponibilité du Mali à travailler et à négocier avec la communauté pour la réussite de la période de transition.

Cette expulsion intervient quelques heures après la visite d’une mission du conseil de sécurité de l’ONU au Mali et qui a exprimé le soutien du conseil à la CEDEAO dans le suivi du processus de la période de transition malienne.

Dans une déclaration faite à ce sujet, le ministre malien des affaires étrangères a dit que son pays n’avait pas de griefs à l’endroit de l’organisation après ses récentes décisions mais que son représentant a outrepassé ses prérogatives et a tenté de perturber la période de transition, ajoutant qu’il détenait des preuves pour cela.

Le représentant de la CEDEAO est accusé par le gouvernement de transition de coordonner avec certains partis politiques hostiles à la prolongation de la période transitoire et qui tiennent à ce que les élections présidentielles soient organisées à la date prévue, c’est-à-dire en février prochain.

Pendant ce temps certains milieux gouvernementaux estiment nécessaires la prolongation de la période de transition car la situation sécuritaire dans le pays ne garantit pas la possibilité d’organiser des élections présidentielles à la date fixée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page