ActualitéAfrique

Mission africaine de médiation en Guinée après les violences postélectorales

Le secrétaire général des nations unies, Antonio Guterres, a appelé dimanche à une solution pacifique à travers le dialogue pour résoudre la crise postélectorale en Guinée.

Il a appelé le président guinéen élu Alpha Condé et son adversaire Cellou Dalein Diallo qui rejette les résultats du scrutin à éviter les violences.

La porte-parole du secrétaire général des nations unies, dans un communiqué qu’elle a publié, a dit que Guterres a appelé les responsables de l’opinion et la presse à mettre fin aux discours haineux qui appellent à une discorde ethnique.

Pendant ce temps une mission de médiation internationale s’apprête à se rendre à Conakry pour rencontrer les différentes parties politiques et tenter d’apaiser la situation.

Cette délégation comprend le président de la commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Perou, le représentant personnel des nations unies pour le Sahel et l’Afrique de l’ouest, Mohamed Ben Chambass deux commissaires de l’union africaine et un autre commissaire de la CEDEAO.

Cette mission tentera, deux jours durant, d’apaiser la situation en Guinée après les violences qui ont suivi les élections et qui ont fait 18 morts selon un bilan officiel, alors que l’opposition parle de plus de 30 morts.

La commission électorale nationale indépendante guinéenne avait annoncé la victoire du président sortant Alpha Condé pour un troisième mandat en recueillant 59% au premier tour, un résultat rejeté par le candidat de l’opposition Cellou Dalein Diallo qui parle de « résultats truqués ».

Celui-ci avait anticipé lundi dernier l’annonce des résultats par la commission électorale en se déclarant vainqueur au premier tour alors qu’il n’aurait recueilli que 33% seulement des résultats, selon la commission électorale.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page