ActualitéSahel

Nations unies : les exactions de l’armée maliennes sont en nette augmentation

La mission des nations unies pour le maintien de la paix au Mali (MINUSMA) a annoncé lundi que le nombre de victimes civiles et les violations des droits humains imputées à l’armée malienne, appuyée par des combattants étrangers, sont en nette augmentation au premier trimestre de l’année 2022.

Bien que les groupes armés affiliés à Al Qaida et Daech soient les premiers responsables de la violence contre les populations civiles, il n’en demeure pas moins que la MINUSMA ait enregistré 320 violations imputées à l’armée et aux forces de sécurité « appuyées par des éléments militaires étrangers » au cours du premier trimestre de cette année, y compris le meurtre de 248 civils.

La MINUSMA, qui n’a pas révélé l’identité des combattants étrangers, a dévoilé ces informations dans une note trimestrielle qu’elle a publiée.

Le conseil militaire au pouvoir au Mali depuis aout 2020 s’est éloigné de la France et ses partenaires européens ces derniers mois et s’est rapproché de la Russie.

Lors du premier trimestre la MINUSMA a enregistré 31 violations menées par les forces maliennes, et le nombre de victimes des différentes parties du conflit, c’est-à-dire les groupes armés, les milices, les groupes d’autodéfense et les forces armées, a plus que quadrupler, passant de 128 à 543, selon la MINUSMA.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page