Actualité

AL BARLEMANIA : Fin de la crise entre le parlement et « Al Mouritania »

L’assemblée nationale et la télévision nationale AL MOURITANIA ont conclu un accord de coopération qui met fin à la crise d’AL BARLEMANIA, née il y a quelques mois.

L’accord, auquel Sahara Medias a eu accès, trace les limites entre le parlement et la télévision nationale quant aux prérogatives de chacune des deux parties.

Constitué de 13 articles, cet accord a été signé par le secrétaire général de l’assemblée nationale Abdallahi Saleh et par le directeur général d’Al Mouritania, Abdallahi O. Ahmed Damou.

L’accord précise que l’assemblée nationale dispose du droit sur la prise de vues, l’enregistrement, la production et la programmation et a l’exclusivité de l’image et du son lors de la couverture de toutes les activités parlementaires.

Le directeur de la chaîne est nommé par le directeur général de la télévision nationale après l’accord de l’assemblée nationale et l’accord précise qu’il ne peut être mis fin à ses fonctions qu’à la demande de celle-ci ou avec son accord.

L’accord conclu prévoit la création d’une « commission d’orientation » constituée de 5 députés nommés par le bureau de l’assemblée nationale.

Le dernier article de l’accord stipule que celui-ci sera effectif dès sa signature par les deux parties ce qui est intervenu hier mercredi.

L’article premier précise que les deux parties sont convenues d’un mécanisme de coopération et de coordination à même de contribuer à la promotion de la chaîne.

La crise autour de cette chaîne est intervenue à propos de sa ligne éditoriale, la télévision nationale estimant que la chaîne naissante faisait partie de son bouquet et donc engagée par sa ligne éditoriale, un point de vue rejeté par le parlement.

La crise est arrivée à son paroxysme quand le directeur général de la télévision nationale avait affecté le directeur de la chaîne Al BARLEMANIA Sidi O. Nemine, à la chaîne sportive, une décision interprétée comme une volonté de confirmer l’appartenance de la chaîne au bouquet d’Al MOURITANIA.

La présidence du parlement avait alors décidé de fermer le siège de la chaîne et d’empêcher tous les employés d’Al Mouritania d’accéder à ses locaux, en même temps qu’elle a suspendu l’émission sur les satellites se limitant aux réseaux sociaux.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page