ActualitéSports

CAN : une deuxième étoile pour l’Algérie

Le Sénégal espérait une première étoile sur son maillot, mais c’est finalement l’Algérie qui ajoutera une seconde étoile sur le sien, en remportant la finale de la coupe d’Afrique des nations ce vendredi au Caire.

Juste l’essentiel, un but à la 2ème minute, a permis aux algériens de remporter la finale, face aux lions du Sénégal, rééditant le résultat du match de poule qui avait opposé les deux formations.

Sur le plan de la qualité, cette finale n’a pas dérogé à ce qui se passe généralement dans toutes les finales.

Pas une grande qualité de jeu, très peu d’occasions de part et d’autre, mais bien évidement l’essentiel a été fait par cette équipe algérienne, sous la houlette d’un jeune entraîneur algérien Jemal Belmadi.

En arrivant à la tête des fennecs beaucoup n’y croyaient pas beaucoup, évoquant même un entraîneur par défaut.

En 10 mois seulement Il a su taire les suspicions et les doutes et signer un parcours sans faute, face au Sénégal, qui comptait portant parmi les favoris dans cette CAN.

Cette finale, au-delàs du résultat, a consacré la suprématie des entraîneurs locaux.

En effet, ils étaient deux seulement dans le dernier carré, face à deux entraîneurs étrangers, français de surcroît, et ces deux-là ont été les artisans de la finale.

Deux amis d’enfance, Aliou Cissé pour le Sénégal et Jemal Belmadi pour l’Algérie, ont donné une véritable leçon de réalisme, de dévouement et d’abnégation aux responsables du foot africain.

La victoire de l’entraîneur algérien sur son ami du Sénégal traduit fidèlement le sens de cet adage de chez nous : « celui qui t’a précédé d’une nuit, t’a précédé d’une astuce ».

En effet la différence d’âge entre les deux hommes est seulement d’un jour.

L’entraîneur de l’Algérie est né un certain 24 mars et son collègue sénégalais un jour seulement plus tard, le 25 mars.

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page