ActualitéSahel

La CEDEAO rejette la proposition des autorités de Bamako de prolonger la transition et « l’accuse de prendre le peuple malien en otage »

La communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), à l’issue de son sommet extraordinaire dimanche à Accra, a rejeté la proposition présentée par le ministre malien des affaires étrangères Abdallahi Diop, de prolonger la transition au Mali à deux ans.

La communauté a accusé les autorités de transition malienne de vouloir prendre « le peuple malien en transition, ce qui est illégal ».

La CEDEAO a adopté par ailleurs un certain nombre de sanctions contre le pouvoir en place au Mali et les pays membres ont décidé de rappeler leurs ambassadeurs en poste à Bamako.

Parmi les mesures reconduites par l’organisation celles prises contre les militaires en 2020 et la frontière avec les pays membres, le gel des dépôts maliens auprès de la BCEAO, la suspension des échanges commerciaux avec le pays à l’exception des produits alimentaires de base et les médicaments.

Des sources médiatiques n’excluent pas l’option d’une intervention militaire face aux comportements des autorités de transition maliennes.

Le gouvernement malien justifie sa demande de prolonger la transition de deux ans par la nécessité d’entreprendre des réformes constitutionnelles et à préparer les conditions pour l’organisation d’élections.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page