Actualité

L’Afrique inquiète à propos des sanctions européennes contre la Russie

Le président en exercice de l’union africaine, le président sénégalais Macky Sall, s’est déclaré préoccupé par les conséquences des sanctions européennes contre les banques russes, exclues du système international SWIFT, et a appelé les 27 pays à intervenir afin de permettre l’exportation des stocks de céréales bloqués en Ukraine en raison du conflit.

Dans le cadre de la sixième série de sanctions contre Moscou, l’union européenne a décidé de priver la Sberbank russe d’utiliser le mécanisme SWIFT, une plateforme de messagerie sécurisée qui permet des opérations vitales comme par exemple les transferts d’argent.

Le président sénégalais qui s’adressait par vidéoconférence aux dirigeants des 27 réunis à Bruxelles, a dit que le blocage du système SWIFT signifie, que même en cas de disponibilité des produits, le paiement devient compliqué sinon impossible.

« C’est pourquoi, a dit le président en exercice de l’union africaine, je voudrai insister sur la nécessité de trouver des solutions appropriées ».

Macky Sall a également demandé aux chefs d’états et de gouvernements de tout faire afin que soient libérés les stocks de céréales disponibles en Ukraine qui ne peuvent être exportés à cause des attaques russes qui imposent un blocus maritime sur la mer noire et qui empêchent l’accès au port d’Odessa.

Il a demandé à ce que le transport de ces céréales soit assuré afin qu’elles parviennent aux marchés afin d’éviter le scénario catastrophe, c’est-à-dire le déficit et la hausse des prix.

Le ministre des affaires étrangères de l’union européenne, Josep Borrell a dit « qu’ils étudient la possibilité de sortir 20 millions de tonnes de blé depuis l’Ukraine, ce qui n’est pas facile, accusant la Russie d’utiliser le blé comme arme de guerre » avant d’ajouter qu’il est clair que nous avons besoin de parvenir avec la Russie pour l’utilisation de la voie maritime.

Un responsable européen a révélé à l’AFP que la recherche de routes alternatives, pour résoudre ce problème, sont à l’étude, comme par exemple la voie ferrée ou les routes, des solutions qui ne permettront, dans les meilleurs des cas, d’exporter seulement le tiers des stocks disponibles.

Le président Macky Sall a encore dit que cette crise affecte en particulier nos pays en raison de leur forte dépendance de la production de blé russe et ukrainienne », d’autant que l’ONU estimait en 2020 que 282 millions de personnes, soit plus d’un tiers de la population mondiale souffrant de sous-alimentation, vivent en Afrique.

« A ceux-ci, a dit le président sénégalais, s’ajoutent 46 millions d’africains menacés par le spectre de la faim et la sous-alimentation à cause de la pandémie du coronavirus et le pire est probablement encore devant nous ».

Il a enfin ajouté que l’augmentation des prix des engrais va entraîner une perte estimée entre 20 et 50% de la production céréalière cette année en Afrique.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page