ActualitéSahel

Le Drian explique l’avenir de la présence française au Sahel

Le ministre français des affaires étrangères Jean Yves Le Drian a déclaré vendredi que la présence française dans la région du Sahel africain sera désormais basée sur deux axes essentiels : la coopération avec les ramées africaines présentes sur le terrain et la lutte contre les différentes formes de terrorisme à travers la force TAKUBA.

Le chef de la diplomatie française s’exprimait lors d’une conférence de presse à Ouagadougou où il est arrivé pour se solidariser avec le pays, après le carnage qui a couté la vie à 160 civils, après l’attaque par des hommes armés de une localité du nord est du Burkina Faso il y a une semaine.

Les propos tenus par le ministre français semblaient destinés à expliquer l’annonce faite par le président français à propos de l’opération Barkhane.

Le Drian a dit que les pays du Sahel « doivent prendre leurs responsabilités dans les régions éloignées, restaurer l’administration, réinstaller les services de l’éducation, de la santé, de la police, bref l’état doit occuper la place qui est la sienne, car c’est la responsabilité de chaque pays».

Le ministre français des affaires étrangères a encore dit que la présence française dans la région sera basée dans l’avenir sur deux axes, d’une part la consolidation de l’appui et la coopération avec les armées africaines présentes sur le terrain, mais en coordination avec la force de l’union européenne pour la formation au Mali : TAKUBA.

Le second axe selon le chef de la diplomatie française sera le renforcement de la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes à travers la force TAKUBA, la colonne vertébrale de cette lutte.

La visite du ministre français au Burkina Faso est la première effectuée dans un pays du Sahel après l’annonce jeudi par le chef de l’état français de la fin de l’opération Barkhane au Sahel.

Déjà la ministre française des armées Florence Parly, avait déclaré vendredi que les armées des pays du Sahel « ont de plus grandes capacités à faire face à leurs ennemis » après avoir réalisé ces derniers mois des opérations communes avec les forces françaises « dont les engagements militaires resteront très importants. »

La ministre, dans un entretien accordé à une radio locale, a déclaré qu’il était temps que les forces armées de la région du Sahel disposent désormais de grandes capacités pour faire face à leurs ennemis.

« Cela est encore possible a notamment déclaré Parly car la présence européenne se renforce, notamment dans le cadre de la force TAKUBA lancée par la France pour accompagner les soldats maliens lors de leurs opérations. »

Nous sommes engagés de plus en plus dans un partenariat avec les forces armées dans la région du Sahel que nous avons initié a encore dit la ministre française des armées à travers la mission de l’union européenne que nous avons entrainé et avec laquelle nous avons combattu, a conclu la ministre.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page