Actualité

Le président Aziz face aux agriculteurs : ce qui a été fait et ce qui doit l’être

Le président Mohamed O. Abdel Aziz a tenu lundi à Boghé une réunion avec les agriculteurs et les promoteurs du secteur agricole, an marge du lancement de la campagne agricole 2018-2019.

Au cours de cette réunion O. Abdel Aziz a rappelé la baisse consentie par l’état sur la facture de l’électricité au profit des agriculteurs et qui a atteint 30%.

Selon le président de la république cette baisse a contribué positivement à l’allégement des coûts de production et l’amélioration du rendement.

Elle a également bénéficié, ajoute le président, aux usines de décorticages et aux stations de pompage à l’intérieur des périmètres agricoles.

Les agriculteurs ont profité de la présence du chef de l’état pour poser un certain nombre de doléances, dont notamment une solution pour le problème des eaux pour l’irrigation au profit des coopératives d’Aleg et Lehleywa, la mise à la disposition des coopératives éloignées de moyens de transport pour les relier, la réhabilitation de tous les lacs et les barrages et leur protection par des grillages afin d’assurer une meilleure production, une exploitation rationnelle de l’eau et mettre des pompes à la disposition des champs avoisinants.

Les agriculteurs des localités situées au sud de Boghé ont demandé au président du grillage pour protéger leurs champs, la réhabilitation de certains périmètres et leur extension afin qu’ils puissent accueillir davantage d’exploitants et leur électrification afin d’alléger la facture du carburant, la création de passages à l’intérieur des périmètres agricoles, apporter une solution au problème des barrages et un appui aux projets  maraîchers.

Ils ont par ailleurs demandé à ce que les ministères de l’environnement et du développement durable et celui du commerce, de l’industrie et du tourisme soient associés à la campagne agricole afin de protéger la commercialisation et prévenir les dangers des produits chimiques utilisés dans le domaine de l’aménagement agricole.

Certains ont évoqué les problèmes posés au secteur maraîcher qui a connu intérêt croissant de la part des agriculteurs ces dernières années au cours desquelles les surfaces exploitées ont atteint 400, dans la seule wilaya du Trarza.

Parmi les problèmes posés le déficit en tracteurs pour aménager les surfaces cultivables afin d’améliorer la production dans ce domaine particulièrement sensible.

D’autres intervenants ont demandé l’aménagement de davantage de périmètres agricoles dans les localités rurales situées en amont du fleuve afin d’aider les populations déshéritées qui constituent la majorité des habitants de cette région.

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page