ActualitéSahel

Mali : deuil national de trois jours après un carnage dans des localités du centre du pays

Le gouvernement malien a annoncé lundi que des islamistes armés ont tué 132 civils dans des attaques menées contre certaines localités du centre du pays au début de la semaine, conséquence de la détérioration de la situation sécuritaire.

Dans un communiqué qu’il a publié, le gouvernement malien a déclaré que le groupe de la Katiba du Macina ont attaqué trois villages au moins dans la région rurale de Bankass, région de Mopti, dans le centre du Mali, dans la nuit de samedi à dimanche.

Dirigé par le malien Amadou Koffo ce groupe, affilié à Nousratou Al Islam We Mouslimine du Touareg Iyad Ag Ghali, tous deux affiliés à Al Qaida au Maghreb islamique.

Le gouvernement malien a condamné cette attaque et promis de rechercher ses auteurs et de les traduire en justice, ceci au moment où la présidence malienne décrétait un deuil de trois jours dans le pays dès ce mardi.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montraient l’ampleur du désastre au niveau de l’un des villages avec des véhicules calcinés et des habitations détruites par le feu.

Réagissant à ces massacres, le chef de la mission des nations unies pour le maintien de la paix au Mali (MINUSMA), El Kacem Wane, a condamné cet acte qu’il a qualifié de « barbare », témoignant la solidarité de l’organisation avec les victimes et l’ensemble du peuple malien.

La MINUSMA s’était déclarée inquiète dimanche à propos d’informations en provenance de Bandiagara faisant état de massacres de civils les obligeant à fuir leurs villages.

Elle a ajouté qu’elle a immédiatement établi le contact avec les autorités maliennes afin d’envoyer des aides et des protections pour les civils.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page