ActualitéMaghreb Arabe

Maroc : le roi Mohamed VI appelle à la remise en cause du modèle de développement du pays

Le roi du Maroc Mohamed VI a appelé lundi, à l’occasion du 20ème anniversaire de la fête du trône, à la remise en cause du modèle de développement afin de réaliser « le décollage global » et permettre au Maroc de rejoindre les pays avancés.

Tout au début de son discours, le souverain marocain a dit que les deux dernières décennies ont connu d’importantes réalisations dans le domaine des infrastructures en plus réalisations palpables dans le domaine de la consolidation des droits et des libertés et le renforcement du processus démocratique pacifique.

Des réalisations qui à elles seules ne suffisent pas reconnait le souverain car elles n’ont pas profité, malheureusement, à toutes les composantes de la société marocaine.

Certains citoyens, a encore dit le roi Mohamed VI, ne perçoivent pas directement les retombées de ces réalisations sur l’amélioration de leurs conditions de vie et la satisfaction de leurs besoins quotidiens, notamment dans le domaine des services sociaux de base, les disparités sociales et la consolidation de la classe moyenne.

Il s’est déclaré déterminé à œuvrer pour trouver les solutions appropriées pour les obstacles au développement social de toutes les franges de la société marocaine.

Evoquant le modèle de développement au Maroc, le roi Mohamed VI a dit que celui-ci a été incapable, ces dernières années, de satisfaire les besoins croissants d’une partie des citoyens et la réduction des disparités sociales, une situation dira le souverain, qui nous a amené à réviser ce système et à le réadapter.

Le roi Mohamed VI a annoncé la création d’une commission en charge du modèle de développement qui sera chargée la révision de ce modèle et sa mise à jour.

Le souverain précise cependant qu’il ne s’agit pas d’un second gouvernement ou institution officielle parallèle, mais une institution consultative avec une mission limitée dans le temps.

Cette nouvelle institution doit prendre en compte les grandes orientations et les réformes qui seront déterminées dans certains secteurs comme par exemple l’enseignement, la santé, l’agriculture, l’investissement et le régime fiscal mais aussi faire des propositions pour l’amélioration de leurs performances.

Le roi Mohamed VI a invité cette commission à se mettre immédiatement au travail, d’être objective, courageuse et innovatrice dans les choix des solutions proposées.

« La nouvelle étape à laquelle se prépare le Maroc a notamment déclaré le roi Mohamed VI n’est pas une rupture avec le passé, mais une pierre de plus dans notre processus de développement et sa continuité ».

Selon le roi du Maroc le renouvellement du modèle de développement n’est pas une fin en soi mais l’entrée d’une nouvelle étape pour le pays caractérisée par la responsabilité et le décollage global.

Mohamed VI a qualifié la nouvelle étape de « prometteuse » grâce aux énergies et aux compétences que recèle le pays qui permettront de réaliser plus que ce qui a déjà été fait.

« Nous sommes capables, a ajouté le roi, de réaliser nos ambitions légitimes, c’est-à-dire rejoindre le concert des nations développées ».

Selon le roi la nouvelle étape est pleine de défis et de paris à l’intérieur et à l’extérieur qui doivent être gagnés dont le plus important est le pari de consolider la confiance et les acquis, le pari de ne pas s’enfermer sur soi, d’accélérer le développement économique et consolider la justice sociale.

Le souverain a par ailleurs déclaré que la célébration de la fête du trône est le moment le plus important pour réaffirmer « notre attachement sans faille à la marocanité de notre Sahara, à notre unité nationale, notre intégrité territoriale et notre entière souveraineté sur chaque pouce de notre territoire ».

Le roi a réaffirmé l’engagement sincère du Maroc à souscrire au processus politique sous les auspices des nations unies, étant entendu l’unique processus pour la solution du problème ne peut intervenir que dans le cadre de l’entière souveraineté marocaine dans le cadre de l’initiative d’une autonomie.

Le souverain marocain a encore dit que les défis sécuritaires et ceux du développement auxquels fait face le pays ne peuvent être relevés par le seul Maroc, avant de renouveler son engagement sincère de la main tendue aux frères algériens, fidèle en cela aux liens fraternels, de religion, de langue et de bon voisinage qui lient les deux peuples frères.

Dans son discours le roi Mohamed VI, a dit que ces relations se sont traduites dans le soutien spontané et sincère exprimé par le roi du Maroc et son peuple, qui ont partagé avec le peuple algérien son sentiment de fierté lors de sa victoire à la coupe d’Afrique des nations au Caire, considérée comme celle du Maroc.

« Cet éveil et cette conviction quant à notre destin commun, forts de notre capital historique commun, nous amène à espérer avec optimisme, à réaliser les aspirations de nos peuples maghrébins frères : l’unité, la complémentarité et l’intégration.

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page