Actualité

Mauritanie : de nouvelles approches pour lutter contre la corruption et rationaliser les ressources de l’état

Le premier ministre mauritanien Mohamed Bilal Messaoud a déclaré jeudi que le gouvernement s’engage à lutter contre la corruption, mais « à travers une action institutionnelle efficace » dans le cadre de ce qu’il a appelé une stratégie nationale pour la lutte contre la corruption.

Celle-ci prévoit des réformes dans le domaine de la gestion des finances publiques en renforçant les moyens de contrôle et la modernisation de la préparation des lois et le suivi de leur exécution.

Le premier ministre mauritanien présentait le programme de son nouveau gouvernement, constitué il y a un mois, devant l’assemblée nationale, qui doit discuter samedi ce programme lors d’une séance plénière, au terme de laquelle les députés lui accorderont leur confiance ou la lui retireront.

A propos de la lutte contre la corruption, un sujet largement évoqué en Mauritanie, ould Bilal a promis de la combattre grâce à une action institutionnelle efficace capable de préserver les ressources de l’état et de sanctionner les auteurs de ces manquements conformément aux textes en vigueur.

Il a ajouté que le nouveau gouvernement œuvrera à parachever la stratégie nationale pour la lutte contre la corruption et entreprendra des réformes destinées à professionnaliser les instances de contrôle.

Dans cette optique, a précisé le premier ministre, il sera procédé à la modernisation de l’administration des finances publiques afin de parvenir à un certain nombre d’objectifs dont la garantie de l’efficacité, obtenir un rendement plus important et mobiliser les recettes de l’état au service de l’action publique.

Le premier ministre a encore réaffirmé que le nouveau gouvernement poursuivra les réformes destinées à responsabiliser les gestionnaires, à faciliter les mesures budgétaires et en innovant des indicateurs de suivi.

Il a néanmoins insisté sur le fait que les moyens de contrôle, de modernisation des lois financières et le suivi seront renforcés.

Les rapports publiés affirment que d’importants deniers publics mauritaniens vont dans les poches des corrompus ou sont perdus à cause de la mauvaise gestion.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page