ActualitéAfrique

Migration : l’Algérie refuse l’installation sur son territoire de centres de rétention

Le premier ministre algérien Ahmed Ouyahya, a réaffirmé samedi à Nouakchott que son pays n’acceptera pas l’installation sur son territoire de centres pour les migrants clandestins.

Le premier ministre algérien a ajouté que la position de son pays par rapport à cette question a déjà été révélée par le ministre algérien des affaires étrangères, Abdel Kader Meshal, après l’annonce par les européens de leur volonté de trouver des pays pour y installer des centres de débarquement pour les migrants illégaux.

Mercredi dernier, dans un entretien avec radio France internationale, le ministre algérien des affaires étrangères avait exclu l’ouverture sur le territoire algérien de plateforme pour le débarquement des migrants clandestins, ajoutant que son pays faisait face au même problème que les pays européens.

Le chef de la diplomatie algérienne a reconnu que son pays procédait au rapatriement de clandestins mais conformément aux dispositions convenues avec les pays voisins.

Des pays européens avaient proposé l’ouverture de centres sur les territoires des pays africains, afin de faire le tri des migrants pouvant entrer en Europe, afin d’alléger la pression sur les états européens qui accueillent les migrants.

 

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page