Actualité

Nigéria : 14 personnes tuées dans une attaque et un camp militaire incendié

Une attaque menée ce samedi par des hommes armés contre une base militaire dans le nord-ouest du Nigéria a fait au moins 14 morts, selon des sources locales.

Selon celles-ci l’attaque a visé une base militaire et des zones environnantes, proches de la région du Niger, dans le nord-ouest du pays.

Des sources locales ont révélé que près de 200 hommes armés ont attaqué une base militaire dans la région d’Allawa, tuant 6 soldats et un officier de la police.

Les assaillants ont incendié la base et mené une attaque contre les régions environnantes tuant 7 personnes et enlevant d’autres.

Vendredi le groupe Boko Haram avait annoncé qu’il avait abattu un avion militaire et publié des photos de l’épave sur laquelle apparaissait le sigle de l’armée nigériane et l’identification de l’appareil : NAF 475.

Une information démentie ce samedi par l’armée nigériane affirmant que l’appareil s’était écrasé et qu’une enquête a été ouverte pour en déterminer les causes ajoutant que le sort des deux pilotes n’est toujours pas connu.

L’appareil léger d’attaque de l’armée nigériane menait une action d’appui à des forces engagées contre des rebelles dans le nord-est de la région de Borno quand il avait perdu le contact avec le radar mercredi dernier.

Le mouvement Boko Haram avait débuté ses opérations en 2009 puis a fait allégeance en 2015 à l’organisation de l’état islamique.

Il a été à l’origine de la mort de 36.000 personnes et l’exode de près de deux millions de nigérians, selon des rapports officiels.

Pendant ce temps des rapports affirment que le spectre de la famine plane sur le Nigéria en l’absence d’une solution à cet épineux problème qui dure depuis une décennie, alors que se compliquent davantage l’accès aux populations nécessiteuses dans les régions troubles selon les humanitaires.

Quatre responsables de haut niveau dans des organisations humanitaires mondiales ont déclaré que la détérioration de la situation sécuritaire handicape leurs interventions leurs humanitaires étant directement visés par le groupe armé et objets de doute de la part des autorités, une accusation que celles-ci ont démenti.

Le nombre de victimes de la violence dans la région du lac Tchad qui comprend une portion du territoire nigérian a augmenté de 60% (4801 morts), la plus importante perte de vies humaines enregistrée en Afrique, selon le centre africain des études stratégiques, institut de recherches relevant du ministère américain de la défense.

Le nombre de personnes menacées par l’insécurité alimentaire aigue pourrait doubler dans le nord du Nigéria, selon les nations unies.

Les autorités locales distribuent des produits alimentaires et du cash, quand bien même une grande partie des aides dans le nord-est du Nigéria sont distribuées par les nations unies et 150 organisations non gouvernementales locales et internationales.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page