Actualité

Rencontre sous régionale du G5 Sahel consacrée à la lutte contre l’esclavage

Début ce mercredi à Nouakchott d’un forum régional organisé par les associations on gouvernementales, constituant le réseau régional pour la lutte contre l’esclavage dans les pays du sahel, parrainé par le gouvernement mauritanien.

Cette rencontre, qui est une initiative du mouvement antiesclavagiste IRA, se tient sous le thème : « que nous fassions de la lutte contre l’esclavage une bataille commune et consensuelle partagée par la société civile et les gouvernements des pays du G5 Sahel »

Prenant la parole à cette occasion le député Biram Dah Abeid s’est félicité de l’organisation de ce forum en Mauritanie, rappelant qu’il avait évoqué cette question sur différente tribune en Europe mais que ses propos aujourd’hui en Mauritanie parviennent plus largement et plus rapidement.

Ould Abeid a salué l’arsenal juridique mauritanien, « en avance sur ceux existant dans certains pays voisins » ajoutant cependant que la justice en Mauritanie ne suit pas l’administration politique et législative qu’il a qualifié de « sérieuse dans sa lutte contre l’esclavage » avant de dire que les dossiers de l’esclavage, une fois devant les tribunaux prennent des méandres obscures.

Ce forum qui doit durer deux jours, organisera des séances de discussions consacrées à la lutte contre l’esclavage dans les pays du sahel, les expériences des organisations de la société civile dans leur combat, de même que les défis et les perspectives de la lutte contre ce phénomène au Sahel, ses côtés psychologiques et sociaux, ses causes et ses conséquences dans la région.

Intervenant pour sa part à l’ouverture du forum, le commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et les relations avec la société civile, Cheikh Ahmedou O. Ahmed Salem O. Sidi, a dit que le choix du thème traduit une vision claire et une saine compréhension du sens sur lequel doit se fonder le partenariat entre les gouvernements et la société civile pour la consolidation et la protection des droits et des libertés.

« L’organisation de ce forum, pour la première fois en Mauritanie, a ajouté le commissaire, est une preuve évidente de la volonté sincère des hautes autorités et leur détermination constante à privilégier la concertation, le dialogue et le rejet de l’exclusion et la marginalisation ».

Il a ajouté enfin que les hautes autorités de pays ont mis en place un arsenal juridique complet dont la loi criminalisant l’esclavage et réprimant les pratiques de servitude.

Elles ont également constitutionnalisé la criminalisation de l’esclavage, le considérant comme un crime contre l’humanité imprescriptible.

Il y a également l’approbation en janvier 2022 de la loi 017 relative à la prévention et la répression de la traite des êtres humains et à la protection des victimes, en plus de l’institutionnalisation de l’aide juridique gratuite pour les victimes de l’esclavage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page