Actualité

Solution politique pour la crise yéménite sous des auspices saoudiens

Le gouvernement yéménite et le conseil de transition du sud ont signé mardi à Riadh un accord qui consacre une nouvelle étape de partenariat politique entre le nord et le sud.

La signature de cet accord s’est déroulée en présence du prince héritier saoudien Mohamed Ben Selmane, le président du Yémen Abed Rabou Hadi Mansour et le prince héritier d’Abou Dhabi Cheikh Mohamed Ben Zayed en plus d’autres responsables et ambassadeurs de pays arabes et occidentaux.

Cet accord entre les deux parties contre les Houthis, parrainé par l’Arabie Saoudite, consacre une nouvelle étape de coopération et de partenariat et l’unification des efforts pour mettre fin au coup d’état des Houthis et l’entame des opérations de développement et de construction, notamment dans les régions libérées dans le sud du Yémen.

Parmi les plus importants points de cet accord le retour du gouvernement légal à Aden dans un délai de 7 jours, l’unification de toutes les forces militaires sous l’autorité des ministères de l’intérieur et de la défense et la formation d’un gouvernement de compétences à parts égales entre les deux parties, le nord et le sud.

Intervenant à cette occasion le prince héritier de l’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Selmane a dit que cet accord consacre le début de la stabilité au Yémen, affirmant que le souci premier de son pays est le soutien du Yémen frère en réponse à l’appel du gouvernement local.

Le parrainage de cet accord par le roi Selmane Ibn Abdel Aziz et le prince héritier Mohamed Ben Selmane, selon l’Arabie Saoudite, traduit le souci de ces dirigeants de préserver les acquis du Yémen, son unité et sa souveraineté, ajoutant que la présence du président du président Abd Rabou Hadi Mansour et les délégations du gouvernement et du conseil de transition constituent une garantie pour l’application de l’accord conclu.

Pour l’Arabie Saoudite la présence à cette cérémonie de Cheikh Mohamed Zayed, prince héritier d’Abou Dhabi, est une preuve de la cohésion de la coalition, la consécration de la stabilité du Yémen et le rejet d’un agenda qualifié de sectarisme.

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page