ActualitéSahel

Sous embargo de la CEDEAO, le Mali signe avec la Mauritanie un accord destiné à faciliter les échanges commerciaux

La Mauritanie et le Mali ont signé lundi à Nouakchott un accord destiné à faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays, alors que Bamako est soumis à des sanctions économiques de la part de la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Selon l’agence mauritanienne d’information l’accord a été signé pour la Mauritanie par le président de la chambre de commerce et d’industrie Ahmed Baba O. Eleya et pour le Mali par son homologue Youssouf Bathili.

La signature de cet accord s’est déroulée en présence de la ministre mauritanienne du commerce, de l’industrie et du tourisme, Naha mint Hamdi O. Mouknass et côté malien par le ministre du commerce et de l’industrie Mohamed ould Mahmoud.

Selon la même source cet accord est destiné à faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays et à consolider la coopération entre les acteurs économiques.

Dans une déclaration à cette occasion, la ministre mauritanienne du commerce a dit que cet accord est de nature à faciliter les opérations commerciales et à encourager les acteurs économiques dans les deux pays à transférer les marchandises avec la célérité requise.

Pour sa part le ministre malien du commerce et de l’industrie a dit que cet accord est de nature à consolider les relations de coopération économique entre les deux pays, en plus des relations culturelles et sociales ancestrales qui les unissent.

La CEDEAO avait imposé, le 10 janvier dernier, des sanctions au Mali dont notamment la fermeture des frontières des pays membres au Mali, le gel de ses avoirs auprès des banques, l’interdiction des transferts bancaires, le retrait de tous les diplomates de Bamako, la suppression de toute forme de coopération et d’aides financières avec Bamako à l’exception des médicaments et des produits alimentaires.

Il y a près d’un mois la Mauritanie avait déclaré que sa position par rapport à la crise malienne rejoignait celle des pays membres de la CEDEAO, mais elle avait appelé à prendre en compte la spécificité sécuritaire, politique et sociale du pays.

La semaine dernière le gouvernement mauritanien avait exprimé sa disponibilité à contribuer à la résolution de la crise malienne, à condition que cela se fasse dans le cadre d’une concertation régionale et internationale conformément aux intérêts du peuple malien.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page