Actualité

Une centrale syndicale appelle à une solution négociée entre la STP et ses employés

La confédération nationale des travailleurs de Mauritanie a demandé plus de compréhension de la part de la société des transports publics à l’endroit de ses employés, particulièrement les chauffeurs et les guichetiers.

Dans un communiqué publié ce mercredi la CNTM demande l’ouverture de négociations entre la société et ses employés afin que ces derniers recouvrent leurs droits légitimes.

La confédération a condamné le licenciement d’un groupe de travailleurs, notamment des chauffeurs et des guichetiers, au lieu d’en recruter d’autres pour faire face aux besoins de la société.

Elle ajoute que les travailleurs de la STP font face depuis, quelques temps, à des situations matérielles et morales difficiles, particulièrement les chauffeurs et les guichetiers.

Certains parmi ceux-ci, ajoute le communiqué de la centrale syndicale, ont été arbitrairement licenciés, au moment où d’autres ont été empêchés de bénéficier de leurs indemnités et émoluments, la société est restée sourde face à la demande des travailleurs d’obtenir leurs droits.

Des mesures nouvellement prises par la société ont entraîné le licenciement arbitraire d’une vingtaine de travailleurs dont 14 délégués du personnel.

La centrale syndicale met en garde contre les conséquences des licenciements arbitraires sur la détérioration de la situation sociale et l’augmentation du chômage.

Les autorités mauritaniennes avaient crée il ya quelques années une société de transport public, chargée d’assurer le transport urbain à Nouakchott à des prix réduits.

Celle-ci a importé, pour les besoins de sa mission, des dizaines de bus mais la qualité de ses services a souvent été décriée par les usagers et la nature de ses rapports avec ses employés dénoncés.

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page