Maghreb Arabe

Deux chercheurs d’or sahraouis brûlés vifs par des militaires algériens

A en croire le site Sahara News, deux chercheurs d’or sahraouis auraient été brûlés vifs par des militaires algériens. Le troisième, qui leur servait de gardien, aurait eu plus de chance, en prenant la poudre d’escampette avant l’arrivée d’une patrouille algérienne sur le lieu.
Le drame s’est produit, lundi, dans le «camp Dakhla», situé à 200 km des camps de Tindouf. Craignant d’être arrêtés par les soldats, les deux orpailleurs se seraient cachés dans le puits d’une profondeur d’environ sept mètres dans lequel ils creusaient. Après avoir saisi le matériel des chercheurs d’or laissé de côté et quelques bouteilles d’eaux, les soldats auraient aspergé d’essence le lieu et l’auraient incendié.
Il est à noter qu’à défaut d’une autorisation légale de prospection aurifère, des jeunes désœuvrés des camps de Tindouf s’aventurent souvent dans le désert algérien et au nord-est de la Mauritanie à la recherche de pépites d’or au risque de leur vie, puisqu’ils sont fréquemment la cible de tirs des soldats algériens.
Ce drame a donné l’occasion au Mouvement Sahraouis pour la paix, qui conteste la légitimité du Polisario, d’exiger mardi dernier, l’ouverture d’une enquête internationale sur ce drame.
“Nous dénonçons devant l’opinion publique l’acte criminel sauvage perpétré, le lundi 19 octobre 2021, par une patrouille de l’armée algérienne contre des chercheurs d’or sahraouis”, à proximité du camp dit de “Dakhla” qui compte beaucoup d’opposants au Polisario et qui est situé dans la ville algérienne d’Uinet Bellakraa, s’insurge mardi l’Association sahraouie de défense des droits de l’Homme dans un communiqué daté de Madrid.

Source :sahara news

   

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page