Actualité

Emirats Arabes Unis : de nouvelles mesures relatives au visa et au séjour

Le conseil des ministres des Emirats arabes unis, présidé lundi par Cheikh Mohamed Ibn Rachid a approuvé de nouvelles modifications de la loi relative au visa et le séjour des étrangers.

Selon le conseil, ces modifications sont destinées à consolider la position des EAU comme destination pour y vivre, travailler, investir et encourager la résidence des talents et des compétences venues des différents horizons du monde.

Parmi les nouvelles modifications celle relative à « la résidence d’or » qui annule l’obligation de ne pas s’absenter du pays pour la conserver.

Les nouvelles modifications annulent le seuil maximal du nombre de travailleurs pouvant être amenés, et elles permettent aux membres de la famille du travailleur de rester dans le pays tout au long de la durée du séjour après le décès du soutien de famille titulaire de « la résidence dorée. »

La résidence dorée est octroyée à certaines catégories de personnes dont les investisseurs, les hommes d’affaires, les génies, les scientifiques, les spécialistes, le lauréats parmi les étudiants des universités, les pionniers de l’humanitaire et la première ligne de défense pendant 10 ans.

Parmi les plus importantes mesures adoptées pour l’obtention de la « résidence dorée » pour les investisseurs dans le domaine foncier, celle de détenir une propriété foncière d’une valeur minimale de deux millions de Dirhams, acquise grâce à un prêt octroyé par l’une des banques locales agréées.

Autre faveur pour obtenir une résidence dorée, dès que l’investisseur achète un ou plusieurs biens fonciers sur plan d’une valeur au moins de 2 millions de dirhams auprès des entreprises locales agréées.

Les modifications ont également touché « le séjour bleu », une innovation qui permet aux bénéficiaires d’obtenir un titre de séjour de 5 ans.

Sont concernés les hommes d’affaires, les travailleurs spécialisés et grandement qualifiés et les travailleurs indépendants.

De grands avantages sont désormais prévus pour faire venir des membres de la famille de la personne qui réside dans le pays, et une période de grâce flexible allant jusqu’à 6 mois après « l’expiration ou l’annulation de la résidence, ce qui renforce le sentiment de sécurité et de stabilité pour le résident, et simplifie les exigences et les exigences pour l’obtention de permis de séjour de toutes sortes.

Pour encourager les types de travail flexibles, une nouvelle filière dédiée au travail indépendant a été développée.

Elle prévoit un titre de séjour de 5 ans renouvelable, sans garant ni employeur, avec des conditions simples pour obtenir un permis de travail indépendant auprès du ministère des ressources humaines et la domiciliation.

Le candidat à ce séjour doit être titulaire d’au moins le diplôme du baccalauréat ou un diplôme de spécialisation ou son équivalent et un salaire minimal annuel.

Les nouvelles dispositions offrent pour la première fois un visa d’entrée pour les visites sans l’obligation d’un garant ou d’un hôte du pays afin de faciliter les mesures et les exigences.

Ce visa, dans le nouveau dispositif, prolonge la durée de la visite qui peut aller jusqu’à un an, étant entendu par ailleurs que tous les visas sont disponibles pour une entrée ou plus, valable pour 60 jours renouvelables et un mécanisme de présentation facile dans le cadre d’une plateforme unifiée.

Autre innovation « le visa découverte des opportunités offertes dans le pays » sans l’exigence d’un garant ou d’une personne d’accueil.

Ce visa est accordé aux travailleurs qualifiés, les sortants des 500 meilleures universités dans le monde suivant les qualifications établies mondialement, que son diplôme n’ait pas dépassé les deux ans, titulaire d’au moins le baccalauréat ou l’équivalent.

Outre le visa touristique ordinaire octroyé pour une visite dont le garant ou l’hôte est une structure d’accueil travaillant dans le secteur touristique dans le pays, il a été créé un visa touristique de 5 ans sans garant qui permet au bénéficiaire de rester 90 jours successifs dans le pays.

Ce séjour peut être prolongé pour une période similaire qui ne doit pas dépasser 180 jours par an, sauf dans des cas exceptionnels qui exigent un dépôt bancaire d’au moins 400.000 dollars ou l’équivalent en devises étrangères pour les 6 derniers mois précédant la demande.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page