Actualité

La Mauritanie appelle à faire face aux changements anticonstitutionnels en Afrique

Le ministre mauritanien des affaires étrangères, de la coopération et des mauritaniens de l’extérieur, Mohamed Salem O. Merzoug a déclaré que le retour des changements non constitutionnels en Afrique est un phénomène qui doit être combattu avec fermeté.

Le ministre mauritanien s’exprimait lors des travaux du sommet extraordinaire de l’union africaine sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels qui se tient ce dimanche à Malabo, en Guinée équatoriale.

Le ministre a ajouté que malgré la lutte des peuples africains et les efforts de l’union africaine et les ensembles économiques régionaux pour l’ancrage de la démocratie, malgré l’adoption par les dirigeants africains d’un bon nombre de documents juridiques pour faire face à ce phénomène, l’Afrique connait une nouvelle vague de changements anticonstitutionnels qui imposent de revoir la stratégie adoptée pour leur faire face.

Il a ajouté que son pays soutient tout effort africain commun pour l’ancrage de la démocratie et pour faire face aux changements anticonstitutionnels en Afrique, à condition qu’ils n’affectent en rien le niveau de vie fragile des peuples africains concernés et pour cela « nous soutenons l’adoption par le sommet de la déclaration de Malabo ».

Ould Merzoug a évoqué le phénomène du terrorisme considérant qu’il constitue un danger effectif pour le continent africain après la multiplication des opérations et le nombre de victimes de façon effrayante, et que ses groupes se soient étendus à toutes les régions du continent, et qu’ils se soient associés à des groupes terroristes internationaux, entrainé des combattants étrangers et des mercenaires sur les territoires africaines ».

Le ministre mauritanien a ajouté que cette situation exige la mise en place d’une stratégie globale pour éradiquer le terrorisme sur le continent africain et pour la consécration des fondements de la sécurité collective.

Ould Merzoug a réaffirmé que la Mauritanie, parant de son expérience dans ce domaine considère que toute lutte contre le terrorisme doit être globale, qu’elle tienne compte du renforcement des capacités de l’armée et des forces de sécurité, les doter des moyens adéquats, renforcer la coopération sécuritaire entre elles en plus du développement des collectivités, de la décentralisation, la bonne gouvernance.

Cela exige aussi de confronter les terroristes à la réflexion et au dialogue et leur ouvrir la porte à des références intellectuelles pour qu’ils reviennent à la vérité et s’intègrent dans la vie active.

Il a enfin ajouté que son pays est convaincu que l’éradication définitive du terrorisme nécessite d’éradiquer la pauvreté, l’ignorance, l’arriération et l’exclusion.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page