ActualitéSahel

Le Mali annonce l’ouverture d’une enquête à propos du meurtre de mauritaniens en territoire malien et défend son armée

Le gouvernement malien de transition a annoncé mercredi soir l’ouverture d’une enquête à propos du meurtre de mauritaniens en territoire malien, après une communication téléphonique entre le chef de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta et le président mauritanien Mohamed O. Cheikh Ghazouani.

Des sources locales font état du meurtre de 31 mauritaniens par des soldats maliens, un fait qu’aucune source officielle n’a confirmé jusqu’ici, quand bien même le ministère mauritanien des affaires étrangères a vivement protesté mardi auprès de l’ambassadeur du Mali en Mauritanie à propos d’incidents répétés dont ont été victimes des mauritaniens au Mali.

Dans un communiqué qu’il a publié le ministère malien de l’intérieur a déclaré que « rien ne justifie jusqu’ici l’implication des forces maliennes dans ces incidents, des forces qui respectent les droits de l’homme et qui mènent avec professionnalisme sa guerre contre le terrorisme ».

Le gouvernement malien a affirmé qu’il « ne ménagera aucun effort pour découvrir les criminels à l’origine de ces agissements odieux afin qu’ils puissent être traduits en justice ».

Dans leur communiqué les autorités maliennes ont présenté leurs condoléances au gouvernement, au peuple mauritaniens et aux familles des victimes, condamnant fermement « ces agissements criminels destinés à affecter les excellentes relations qui lient les deux pays.

Les autorités maliennes se sont déclarées étonnées de « La survenance de ce genre d’incident malheureux, au moment où ce pays frère et ami nous soutient, notamment en ce qui concerne l’accès du peuple malien à ses besoins alimentaires, lui qui subit les sanctions illégales et injustes de l’organisation sous régionale, la CEDEAO. »

Le gouvernement malien a ajouté que les entretiens téléphoniques entre les deux présidents « ont permis d’ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances des incidents et l’envoi à Nouakchott d’une délégation de haut niveau dans les meilleurs délais afin de réaffirmer la fraternité et la coopération entre nos deux pays, notamment en ce qui concerne la gestion commune des frontières et la défense de la sécurité des personnes et leurs biens ».

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page