ActualitéSahel

Le président burkinabé : « la confiance doit être rétablie entre le peuple et l’armée »

Dans une adresse télévisée hier, le président Burkinabé Roch Christian Kaboré a dit que le rétablissement de la confiance entre les populations locales et l’armée était nécessaire à la lutte contre le terrorisme, ajoutant qu’il était temps d’adapter la stratégie de lutte contre le terrorisme aux réalités du terrain.

Pour rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de défense et de sécurité, le président Kaboré a dit qu’il est impératif d’adapter la stratégie de lutte contre le terrorisme aux réalités du terrain en ce qui concerne le recrutement des volontaires pour la défense du pays et une plus grande efficacité dans les interventions militaires terrestres et aériennes.

Les volontaires pour la défense du pays, sont des milices armées par l’état pour constituer une première ligne dans la lutte contre les groupes armés islamistes, approuvées dans la loi les organisant fin 2019.

Ces groupes sont constitués de civils qui suivent des formations accélérées à même de leur permettre de défendre leurs villages.

Ces milices sont cependant l’objet de vives critiques, accusées même d’être impliquées dans des violations des droits humains contre des populations locales, ce qui a amené le président burkinabé à déclarer son intention de revoir leur situation.

En attendant, le président Kaboré a appelé à une coopération entre l’armée et les volontaires pour parvenir à la victoire car il est illogique de mettre en doute nos capacités d’y parvenir.

Le président burkinabé a appelé les partis politiques et les organisations de la société civile à reporter les marches de protestation prévues le mois prochain, « car a-t-il dit les marches et les manifestations ne sont pas la situation miracle pour gagner la guerre contre le terrorisme ».

Des partis de l’opposition avaient appelé à des manifestations les 3 et 4 juillet prochain dans tout le pays pour dénoncer la situation sécuritaire fragile dans le pays.

Des centaines de personnes sont sorties dans les rues dans le nord et le centre du Burkina demandant aux autorités d’intervenir efficacement pour mettre fin aux attaques répétées à l’origine de centaines de victimes et de milliers de déplacés.

Le président Kaboré a demandé à l’opposition de poursuivre le dialogue afin de parvenir à une entente nationale à propos de tous les problèmes posés notamment ceux relatifs à la situation sécuritaire.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page