Actualité

L’OMVS lauréat du prix mondial Hassan II pour l’eau

L’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a emporté le prix international Hassan II pour l’eau, en reconnaissance de son engagement en faveur de « la sécurité locale en matière d’eau pour le développement durable et la sécurité alimentaire ».

Ce prix octroyé tous les trois ans et d’une valeur de 500.000 dollars, a été remis par le ministre marocain de l’équipement et de l’hydraulique Nizar Baraka au haut-commissaire de l’organisation Hamed Diane Séméga.

Intervenant à cette occasion le ministre marocain a dit que cette institution n’œuvre pas seulement à assurer la sécurité en matière d’eau et de sécurité alimentaire au niveau de ce grand bassin du fleuve Sénégal transfrontalier, mais contribue aussi à la consolidation de la paix, la prospérité et le développement régional pour les pays membres.

Le ministre a ajouté que le prix Hassan II pour l’eau est l’un des prix les plus prestigieux au plan mondial dans le domaine de l’eau, ajoutant que ce prix est destiné à encourager l’excellence et l’innovation dans le domaine.

Prenant la parole à son tour le haut-commissaire de l’OMVS a déclaré que « c’est un grand honneur pour l’organisation de remporter ce prix prestigieux, qui porte le nom de feu Hassan II, un visionnaire, un homme qui a marqué son temps. »

Il a remercié les membres du jury et le conseil de l’eau « pour leur grand travail » mais aussi la « famille de l’OMVS pour ses efforts ».

Des institutions de référence et d’importantes personnalités ont proposé cette organisation régionale composée de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal, pour l’obtention du prix Hassan II.

Elles ont considéré que cette organisation, tout au long de ses 50 ans d’existence, a prouvé qu’un fleuve peut être à la fois un facteur de paix régionale et un vecteur de de progrès économique, un stimulateur culturel commun, l’expression des principes de gouvernance et des programmes de travail capables de garantir l’utilisation pérenne de l’eau entre les quatre pays.

La candidature de l’OMVS a été proposée par Eric Orsina, économiste, écrivain et membre de l’Académie française, ainsi que par des institutions telles que le Geneva Water Hub, centre affilié à l’Université de Genève, prônant un appel politique pour que l’eau soit utilisée comme un outil de paix et de coopération.

 

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page