Actualité

Sénégal : altercations et rixes avant l’élection d’un pharmacien à la tête de l’assemblée nationale

L’assemblée nationale sénégalaise est désormais dirigée par Amadou Mam Diop, député de la coalition présidentielle au pouvoir au cours d’une séance particulièrement houleuse lundi marquée par des rixes et des accrochages entre les députés de l’opposition et ceux du pouvoir, nécessitant l’intervention, au sein du parlement, d’unités des forces de sécurité.

Cette séance, qualifiée par l’envoyé spécial de Sahara Medias de « houleuse » a vu l’élection de Mam Diop, 57 ans, à la tête du parlement sénégalais, l’un des plus complexes dans l’histoire politique du Sénégal, où ni les loyalistes ni les opposants ne détiennent la majorité absolue.

Le nouveau président de l’assemblée nationale sénégalaise est originaire de la ville de Saint-Louis, a étudié la pharmacie à l’université Cheikh Anta Diop à Dakar où il a décroché un doctorat.

Il a choisi ensuite de s’installer à Richard Toll, sur la rive sud du fleuve Sénégal, une région où prolifèrent les plantations de sucre et du riz.

Dans la pharmacie

Mam Diop a ouvert sa première pharmacie à Richard Toll ce qui lui avait permis de s’intégrer à la population et d’entrer dans des affaires communes avec des sociétés sucrières qui exploitent les usines et les plantations, près du fleuve.

L’homme élargira rapidement ses activités à la riziculture et tissera par ailleurs de solides relations sociales dans la ville, lui que la presse sénégalaise qualifie de « calme et très sociable. »

Quand Macky Sall mettra sur pied son parti, en prévision des élections présidentielles en 2012, Mam Diop sera parmi les premiers à la rejoindre et il sera candidat à la mairie de Richard Toll.

Après avoir gagné le pari il sera réélu deux fois tout comme il avait été réélu deux fois député à l’assemblée nationale, dont il sera porté à sa présidence hier lundi.

Mais le discret pharmacien fera face à des séances houleuses dans un parlement plein de contradictions que les tranquillisants habituels seront incapables d’en atténuer la température.

Pourra-t-il faire baisser la tension dans l’hémicycle et garantir un minimum de calme ?

Une césarienne  

Mam Diop a été élu président de l’assemblée nationale dans un contexte particulier, marqué par le refus de l’opposition qui a retardé de quatre heures le début de la séance, après la présence de députés, membres du gouvernement, ce qui a été à l’origine de débats juridiques de la part des députés de l’opposition opposés à la présence des ministres.

Il s’agit de trois membres du gouvernement récemment élus députés dont la présence est considérée par l’opposition comme une violation de la transparence lors de l’élection, une opposition rejetée par le camp loyaliste, pour qui toute voix compte en l’absence d’une majorité absolue.

La séance était présidée par Aïda Sow Diawara, la député la plus âgée, qui a décidé de recourir à des unités de la gendarmerie pour assurer l’ordre à l’intérieur de l’hémicycle et aux abords de l’assemblée nationale après de multiples altercations entre les députés qui en sont venus aux mains.

Dans cette atmosphère électrique, Mam Diop a été élu par 83 voix alors que les députés de l’opposition ont boycotté le scrutin bien qu’ils aient présenté trois candidats à la présidence de l’assemblée.

L’opinion publique

Les sénégalais ont suivi avec un grand intérêt cette première séance de l’assemblée nationale, partagés à propos de évènements et face au spectacle que leur ont offert les députés en venant aux mains sous la coupole du parlement.

Beaucoup parmi eux ont critiqué le parlement et considéré que ce qui est arrivé affecte l’image du Sénégal et porte un coup sérieux à son image de pays démocratique qui n’a jamais eu d’antécédents dans la violence politique.

Certains commentateurs ont fait porter la responsabilité aux députés de l’opposition qui ont tenté d’empêcher le vote.

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page