Actualité

Un syndicat des étudiants demande au ministère à ouvrir la nouvelle cité universitaire

L’union générale des étudiants mauritaniens a demandé au ministère de l’enseignement supérieur l’ouverture de la nouvelle cité universitaire pour accueillir les étudiants, à prendre les mesures nécessaires pour cela, à améliorer les services du transport, de la restauration et d’accélérer les travaux au niveau de la bibliothèque universitaire.

L’union a par ailleurs demandé, dans un communiqué publié ce mercredi, la construction d’un siège adéquat pour l’université Chinguetti à Akjoujt, la création de nouvelles universités afin d’accompagner le développement croissant du nombre de bacheliers, en plus de l’amélioration des services offerts par l’université d’Aioun, l’institut de Rosso et l’institut de traduction de Nouadhibou.

Le syndicat a insisté sur la nécessité d’ouvrir des restaurants à l’institut supérieur des études et de recherches islamiques, l’institut supérieur de la jeunesse et des sports, l’annexe des spécialités professionnelles à la faculté des sciences juridiques et économiques.

Le syndicat réclame par ailleurs la suppression de la mesure des critères de l’âge dans l’octroi des bourses et l’octroi d’une assurance maladie globale pour tous les étudiants mauritaniens.

L’union générale des étudiants mauritaniens a renouvelé son soutien permanent et continu à tous les étudiants mauritaniens à l’intérieur et à l’extérieur du pays et son adhésion aux options de la lutte légitime comme moyen de préserver les acquis et d’obtenir la satisfaction de plus de revendications.

Elle a invité l’ensemble des syndicats d’étudiants à une coordination commune et une action efficiente afin de créer un environnement participatif à même de leur permettre de faire entendre la voix des étudiants mauritaniens, la défense de leurs droits et la préservation de leurs acquis.

L’union a insisté sur la nécessité de réviser les programmes d’enseignement et leur harmonisation aux exigences de l’époque pour que l’étudiant puisse bénéficier d’une formation moderne lui permettant de s’intégrer dans une vie active et bénéficier d’opportunités d’innovation et d’excellence.

Ceci ouvre par ailleurs de nouveaux masters pour accueillir les étudiants diplômés de la licence, augmenter les spécialisations doctorales, développer les unités de recherche et ouvrir des plateformes numériques permettant aux étudiants de poursuivre leurs études dans l’urgence.

L’union a condamné l’exclusion des lauréats de certains établissements supérieurs des bourses de l’extérieur et a demandé aux autorités compétentes la révision de ces dispositions dans les meilleurs délais.

Elle a salué les mesures positives prises récemment par le ministère de l’enseignement supérieur en ce qui concerne l’annulation de la mesure empêchant les bacheliers ayant plus de 24 ans à s’inscrire à l’université, la résolution des étudiants inscrits au Maroc en 2020 et la répartition équitable des places octroyées à la Mauritanie par le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

L’union a réaffirmé la nécessité d’organiser les élections des représentants des étudiants au niveau de tous les établissements nationaux d’enseignement supérieur, au niveau du conseil d’administration du centre national des œuvres universitaires, la représentation des étudiants au sein de la commission nationale des bourses et l’application des textes qui garantissent aux représentants des étudiants de jouer les rôles qui leur sont dévolus.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page