ActualitéSahel

Burkina Faso : d’une rébellion à un coup d’état et la situation est toujours confuse

Les évènements au Burkina Faso se sont accélérés aux premières heures du lundi de façon dramatique, la colère de certains soldats s’est subitement transformée en des prémices d’un coup d’état militaire qui pourrait bien être violent comme l’ont été des coups d’état antérieurs dans ce pays.

Les informations en provenance de Ouagadougou sont contradictoires, certaines sources ont affirmé à des médias occidentaux que le président Roch Marc Christian Kaboré est détenu par les putschistes dans une caserne militaire.

Des témoins ont confirmé des tirs près de la résidence du président burkinabé tard dans la nuit de dimanche à lundi, alors qu’un cortège de la présidence, sans le président lui-même, a essuyé des tirs et des membres de la garde présidentielle auraient été blessés.

L’agence Reuters a publié des photos des véhicules du cortège abandonnés dans une rue de la capitale fortement endommagés ce qui prouve la violence de l’attaque.

D’autres médias locaux ont révélé que le président Kaboré n’est pas aux mains des rebelles mais qu’il est sous la garde de la gendarmerie nationale.

La radio locale OMEGA, citant l’un des gardes corps de la présidente, a confirmé que le chef de l’état avait quitté sa résidence aux environs de 20h alors que les mutins sont arrivés deux heures après.

Le soldat a ensuite ajouté qu’à leur arrivée les mutins les ont désarmés et qu’il n’y a pas eu de tirs, car le président était déjà parti et qu’il était sous la garde de la gendarmerie nationale qui nous a demandé de rester sur place.

La même station, citant une source de la gendarmerie nationale a affirmé que le président est sous la protection de la gendarmerie nationale dans un lieu sûr, en même temps que le premier ministre et le président de l’assemblée nationale.

Pendant ce temps les mutins encerclent le siège de la télévision gouvernementale, et l’un des soldats sur place a confirmé aux journalistes qu’il s’agit bien d’un coup d’état, ajoutant qu’un communiqué en révèlera les détails prochainement.

 

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page