Actualité

Les services de santé la SNIM réagissent à propos des demandes d’évacuation pour leurs épouses formulées par des employés de la société

La société nationale industrielle et minière (SNIM) a déclaré que la pandémie du coronavirus, qui a entrainé la fermeture des aéroports, avait empêché l’évacuation de l’épouse de Mohamed O. Ely pour subir des soins, après que le conseil de santé ait donné son accord pour cette évacuation.

Malheureusement celle-ci est décédée avant de pouvoir voyager et subir des soins à l’étranger, un cas qui a bénéficié d’une large vague de sympathie dans la rue mauritanienne, après l’apparition de l’ouvrier, Mohamed O. Ely, brandissant une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Je veux soigner ma femme Salka ».

Aujourd’hui la SNIM fait face à une nouvelle controverse analogue à la précédente, un employé de la société, Dah O. Baya, réclamant l’évacuation de son épouse à l’étranger pour des soins, alors que la société précise que le médecin spécialiste a confirmé que son cas ne nécessitait pas une évacuation.

Réagissant à ces deux cas pour le compte de la SNIM, le docteur chirurgien Marouf ould Cheikh Abdallahi, chef de service médical à la SNIM a déclaré que toute évacuation d’un malade à Nouakchott ou ailleurs est tributaire de la seule décision médicale sans aucune immixtion.

Le docteur ould Cheikh Abdallahi, dans une interview avec « Zouerate medias » a dit que la SNIM œuvre à garantir le suivi médical dans sa clinique mais que si un malade a besoin de traitements ou d’examens non disponibles à la clinique, le médecin traitant propose son évacuation vers un spécialiste à Nouakchott.

Le service médical de la société entreprend immédiatement les mesures nécessaires pour cela avec une prise en charge totale de tous les coûts y compris ceux du séjour.

Le médecin spécialise se trouvant à Nouakchott qui ne relève pas de la SNIM est le seul habilité à étudier le cas et à prendre la décision s’il peut être soigné localement ou si il doit être évacué à l’étranger.

Ould Cheikh Abdallahi a encore dit qu’au cas où le malade doit être évacué à l’étranger, le service médical de la SNIM établi le dossier du malade et le transmet à travers les canaux officiels au conseil national de la santé pour son approbation.

Il a ajouté que ce conseil est composé de spécialistes nationaux compétents et indépendants dans leurs décisions auxquels revient la décision à prendre à propos des propositions avancées pour chaque évacuation y compris celles de la SNIM.

Ould Cheikh Abdallahi a précisé que les dossiers médicaux de ces deux femmes avaient été transmis plusieurs fois à des spécialistes à Nouakchott, ajoutant que le conseil avait avalisé effectivement l’évacuation à l’étranger du premier cas (Salka).

Malheureusement a ajouté ould Cheikh Abdallahi cela avait coïncidé avec la vague du variant OMICRON obligeant les pays à fermer leurs frontières et imposant pour la plupart des restrictions sur les voyages, malheureusement celle-ci est décédée avant d’avoir pu voyager pour se faire soigner à l’étranger.

A propos du second cas, le chef de service médical de la SNIM a précisé que son dossier a été envoyé plusieurs fois à des spécialistes à Nouakchott et le médecin spécialiste qui l’a examiné récemment n’a pas jugé nécessaire de l’évacuer.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page