ActualitéAfriqueSahel

Les nations unies condamnent le coup d’état au Burkina Faso

Le secrétaire général des nations unies Antonio Guterres a condamné avec force le coup d’état intervenu lundi au Burkina Faso et a demandé aux putschistes de déposer leurs armes et de garantir la sécurité physique du président Roch Marc Christian Kaboré.

Dans un communiqué lu par le porte-parole du secrétaire général des nations unies, celui-ci a condamné vertement la prise de pouvoir par la force.

Guterres s’est déclaré particulièrement inquiet sur le sort du président Kaboré et sa sécurité après le coup d’état, condamnant ce qu’il a appelé « l’épidémie des coups d’état » que connait la région ouest africaine, après les putschs au Mali et en Guinée.

Il a appelé toutes les parties au Burkina Faso à la retenue et à opter pour le dialogue pour résoudre la crise.

Un groupe de militaires burkinabés a publié lundi un communiqué annonçant la fin du pouvoir du président Roch Marc Kaboré et la prise du pouvoir dans le pays à l’issue de deux jours de tension et d’incertitude.

Dans son premier communiqué les nouvelles autorités ont rassuré les partenaires et les amis du Burkina Faso et déclaré qu’il sera mis en place un agenda pour un retour à un régime constitutionnel dans des délais raisonnables après des consultations avec les forces vives du pays.

Dans un autre communiqué les militaires ont annoncé le gel de la constitution, la dissolution du gouvernement et du parlement, en plus de la fermeture des frontières aériennes et terrestres du pays et l’instauration d’un couvre-feu de 21h à 5h.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page