ActualitéSociété et Divers

Alerte de l’OMS : la population mondiale respire un air pollué qui traverse les poumons

L’organisation mondiale de la santé a déclaré que la population mondiale, dans sa presque totalité, respire un air qui ne répond pas aux critères de l’organisation en matière de qualité de l’air.

Elle a appelé à imposer davantage de mesures afin de réduire l’utilisation des combustibles fossiles, qui génèrent des polluants à l’origine de problèmes respiratoires et au niveau de la circulation sanguine entraînant des millions de décès annuellement qui peuvent être évités.

L’organisation, six mois après avoir renforcé ses directives en matière de qualité de l’air, a mis à jour sa base de données qui prend en compte davantage de données parvenues de villes et villages à travers le monde, au nombre aujourd’hui de plus de 6000.

Selon l’OMS 99% de la population mondiale respirent un air de moindre qualité, très souvent contenant de minuscules particules capables de traverser les poumons et s’introduire dans les artères et les veines et causer ainsi des maladies.

En tête des régions les plus polluées les zones de la Méditerranée orientale et de l’Asie du Sud-Est suivies du continent africain.

Dans ce cadre Dr Maria Neira, directrice du Département de l’environnement, du changement climatique et de la santé de l’OMS, a déclaré qu’il est inacceptable, après avoir échappé au coronavirus, de voir qu’il y a encore sept millions de décès évitables, et qu’on ne puisse pas avoir la possibilité de vivre pendant des années en bonne santé grâce à la qualité de l’air.

L’OMS qui a mesuré pour la première fois au sol le dioxyde d’azote a précisé qu’il était à l’origine de maladies respiratoires comme la dyspnée, la toux et des difficultés respiratoires, et peut même augmenter le nombre de cas nécessitant une hospitalisation et des passages dans les salles d’urgence.

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page